Indie game storeFree gamesFun gamesHorror games
Game developmentAssetsComics
SalesBundles
Jobs

Team 13

6
Posts
2
Followers
3
Following
A member registered Oct 26, 2017 · View creator page →

Creator of

Recent community posts

Point de vue 2 :


Alors. Le jeux est injouable du coup dur de mettre des critères objectifs dessus.

L’idée de choisir son emplois du temps est sympa mais il aurait mieux valu, je trouve, de le définir tout d’un coup et pas jour par jour histoire que le jeux après n’est pas de coupure avec cette phase plutôt inutile.

Les minis jeux sont inintéressant et au final demander de l’aide au prof est facultatif. On peut s’en passer j ai l impression (à part en sport à la rigueur).

Même si le jeux est buggé on s'aperçoit que le corps GamePlay n’est pas bien maîtrisé car celui si est trop caché par les minis jeux et ne paraît pas pas vraiment utile au seins de celui-ci.

Point de vue 1 :


Flirt is not an option semblait être assez complet lors de sa présentation orale, malheureusement la version testée présente beaucoup de problèmes d’ordre technique, qui réduisent largement l’expérience de jeu proposée initialement. La partie narrative du jeu semblait être la plus importante, notamment de par l’ambiance “torride” proposée par le jeu, mais cette partie qui semblait être composé d’une discussion avec quatres professeurs différents est tout simplement inaccessible, sûrement à cause d’une erreur lors du building. Nous devons donc nous contenter de l’autre partie du jeu: les mini-jeux.

Le jeu propose 4 mini-jeux différents, reliés chacun à 4 thèmes et professeurs. Peu originaux, mais assez adaptés au type de matière qu’ils représentent, certains aspects viennent cependant perturber l’expérience de jeu:

  • La difficulté des jeux et très variable: English est faisable, tout comme Art, mais Geography demande, au delà de certains clichés connus, beaucoup de bonnes réponses ( qui ne sont pas toutes évidentes, comme lorsque le seul indice est le nom d’une actrice ), tandis que Sport est trop facile, et trop répétitif pour le temps qu’on nous demande d’y rester.
  • Pour certains d’entre eux, le mini-jeu se termine seulement quand le chronomètre tombe à zéro, laissant le joueur dans l’attente une fois qu’il a complété l’objectif ( c’est le cas d’English et de Sport ). Cela peut être assez épuisant pour la personne qui joue.
  • L’option d’aide d’un professeur n’est pas disponible, le mini-jeu Art peut être complété en cliquant directement sur l’arrivée, English peut être injouable lorsque la réponse voulue s’affiche sur deux cases au lieu d’une. Plus embêtant, il est impossible de choisir le Mexique, la bonne réponse, dans Geography, ce qui rends l’échec obligatoire au moins pour le premier essais.

Cependant, même en l’absence de la partie narrative, le jeu peut être complété, dans le sens où ce sont les mini-jeux qui font avancer l’objectif. De plus, le joueur n’est pas bloqué par l’échec constant, et il perdra seulement si il échoue dans trop de domaines.

La partie graphique du jeu est très travaillée, bien que inégale. Hormis les dessins des professeurs, les fonds qui auraient dûs servir aux dialogues sont attirants. Cependant, on sent que plus d’ardeur a été apportée à ceux-ci qu’aux interfaces des mini-jeux.

Il est aussi dommage que le Sound Design se résume à de la musique: du son lorsque le joueur interagit avec le jeu ( sélection, défaite, victoire, … ) aurait sans doute rendu l’expérience de jeu plus agréable.

Point de vue 2:


Alors. Le jeux est injouable du coup dur de mettre des critères objectifs dessus.

L’idée de choisir son emplois du temps est sympa mais il aurait mieux valu, je trouve, de le définir tout d’un coup et pas jour par jour histoire que le jeux après n’est pas de coupure avec cette phase plutôt inutile.

Les minis jeux sont inintéressant et au final demander de l’aide au prof est facultatif. On peut s’en passer j ai l impression (à part en sport à la rigueur).

Même si le jeux est buggé on s'aperçoit que le corps GamePlay n’est pas bien maîtrisé car celui si est trop caché par les minis jeux et ne paraît pas pas vraiment utile au seins de celui-ci.

Point de vue 1:

Flirt is not an option semblait être assez complet lors de sa présentation orale, malheureusement la version testée présente beaucoup de problèmes d’ordre technique, qui réduisent largement l’expérience de jeu proposée initialement. La partie narrative du jeu semblait être la plus importante, notamment de par l’ambiance “torride” proposée par le jeu, mais cette partie qui semblait être composé d’une discussion avec quatres professeurs différents est tout simplement inaccessible, sûrement à cause d’une erreur lors du building. Nous devons donc nous contenter de l’autre partie du jeu: les mini-jeux.

Le jeu propose 4 mini-jeux différents, reliés chacun à 4 thèmes et professeurs. Peu originaux, mais assez adaptés au type de matière qu’ils représentent, certains aspects viennent cependant perturber l’expérience de jeu:

  • La difficulté des jeux et très variable: English est faisable, tout comme Art, mais Geography demande, au delà de certains clichés connus, beaucoup de bonnes réponses ( qui ne sont pas toutes évidentes, comme lorsque le seul indice est le nom d’une actrice ), tandis que Sport est trop facile, et trop répétitif pour le temps qu’on nous demande d’y rester.
  • Pour certains d’entre eux, le mini-jeu se termine seulement quand le chronomètre tombe à zéro, laissant le joueur dans l’attente une fois qu’il a complété l’objectif ( c’est le cas d’English et de Sport ). Cela peut être assez épuisant pour la personne qui joue.
  • L’option d’aide d’un professeur n’est pas disponible, le mini-jeu Art peut être complété en cliquant directement sur l’arrivée, English peut être injouable lorsque la réponse voulue s’affiche sur deux cases au lieu d’une. Plus embêtant, il est impossible de choisir le Mexique, la bonne réponse, dans Geography, ce qui rends l’échec obligatoire au moins pour le premier essais.

Cependant, même en l’absence de la partie narrative, le jeu peut être complété, dans le sens où ce sont les mini-jeux qui font avancer l’objectif. De plus, le joueur n’est pas bloqué par l’échec constant, et il perdra seulement si il échoue dans trop de domaines.

La partie graphique du jeu est très travaillée, bien que inégale. Hormis les dessins des professeurs, les fonds qui auraient dûs servir aux dialogues sont attirants. Cependant, on sent que plus d’ardeur a été apportée à ceux-ci qu’aux interfaces des mini-jeux.

Il est aussi dommage que le Sound Design se résume à de la musique: du son lorsque le joueur interagit avec le jeu ( sélection, défaite, victoire, … ) aurait sans doute rendu l’expérience de jeu plus agréable.

Point de vue 2 :

         Le but est ce que m’a le plus rebuté dans ce jeu, j’ai vite compris qu’il s’agissait de parvenir à la fin du labyrinthe mais comment était la question que j’avais en tête tout le long du jeu, j’errais trouvant des coffres sans vraiment savoir leur effets pour la plupart. Les portes défilaient, je sentais que je me rapprochais du but mais c’était seulement dû à la linéarité du gameplay. Le chrono défilais mais finissais toujours par remonter à certains moments, pourquoi ? La seule raison qui me parut logique c’était les portes mais lors de leur passage, rien ne m’a attiré l’œil en ce qui concernait la gestion du temps.

          Malgré cela j’ai trouvé les feedbacks plutôt agréable comme l’ouverture des coffres ou le passage des portes.

         Pour améliorer le jeu en terme de graphismes, il n’en suffisait pas de beaucoup, quelques détails dans les murs avec au minimum des textures en normal map pour donner de la profondeur. J’avoue avoir eu du mal a respirer pour la plupart du temps, entouré de tous ces murs si rapproché, une meilleure gestion des metrix aurait sûrement pu changer la donne. Pour ce qui est du goal, quelques feedbacks d’ui comme du texte ou autre ou simplement des schéma aurait pu à mon avis éclairer un désir de se plonger dans ce labyrinthe plutôt que d’être obligé à en sortir, sans savoir vraiment pourquoi cherche t’on a en sortir. Je ne veux pas dire par là que le jeu aurait eu besoin d’un lore ou d’un gmc du personnage mais seulement quelques indices qui vous pousserait à vous y aventurer.  

           Ce jeu a l’air intéressant dans l’ensemble. Mais je ne l’ai malheureusement pas apprécié. Les murs sont tous les mêmes. Il n’y a presque aucun repère, à par les land marks qui se dirigent vers le ciel. Cette absence de détail et de texture pourrait être une touche minimaliste, mais mêlée à la grande vitesse du personnage et les ombres des murs, elle devient quelque chose de monotone.


        Au niveau du gameplay, les modifiers n’apparaissent pas assez souvent pour pimenter la partie et certains, comme l’inversion des contrôles, m’ont parus inappropriés en terme de challenge. L’objectif pour récupérer les coffres et sortir du labyrinthe est simple et compréhensible.


          Peut être qu’il aurait fallu ajouter plus d’éléments pour rendre le jeux plus clair (comme des textures ? ) ou d’autres trouvailles pour le rendre plus intéressant (verticalité dans les niveaux ?).